Rechercher
  • Margaux Sardin

Quelle est la différence entre une art-thérapie et un cours d'art ?


Vous avez peut-être l'envie de démarrer une art-thérapie, mais vous vous demandez en quoi est-ce différent d'un cours/atelier d'art ? Cet article a pour objectif de répondre à vos questions !




Vous allez explorer certaines différences entre un cours d'art et une art-thérapie. Cela vous permettra de mieux choisir ce qui vous convient le mieux en fonction de vos attentes et vos besoins. Vous verrez qu'il y a également des similitudes, des points de jonction entre les deux pratiques. Cela arrive par exemple que des art-thérapeutes proposent aussi des cours d'art : elles·ils adoptent alors une posture professionnelle différente, que nous allons détailler ci-dessous.


Nous verrons d'abord ce qui concerne la relation, puis quel est leur but principal, dans quels lieux on les retrouve, et enfin où l'attention est portée. En fin d'article, nous verrons des bénéfices potentiels à suivre un cours ou entamer une art-thérapie.


1. LA RELATION


a. Un atelier d’art implique qu’une relation professeur·e/élève s’établisse entre l’enseignant·e et l’étudiant·e.


Ainsi, on attendra de l’enseignant·e des compétences dans son domaine spécifique ainsi que des qualités de pédagogie et de transmission. On attendra de l’élève l’envie d’apprendre de nouvelles compétences et la capacité d’appliquer les enseignements ou conseils reçus.


b. L’art-thérapie implique qu’une relation thérapeutique se forme entre l’art-thérapeute et le·la patient·e/client·e. C’est l’élément le plus important d’une thérapie, quelle que soit sa spécificité. C’est d’ailleurs ce qui distingue la thérapie d’un autre genre d’activité.


Une relation thérapeutique est un cadre relationnel spécifique qui implique divers éléments, comme par exemple la confidentialité de ce qui est dit, mais aussi l’accueil inconditionnel de la personne, sans jugement de valeurs ou d’opinions. Lorsqu’un cadre thérapeutique est clair et correctement posé, les deux membres (le·la thérapeute et le·la patient·e/client·e) peuvent alors faire alliance, c’est à dire se faire mutuellement confiance pour résoudre les problématiques. L’art-thérapeute pourra par exemple valider vos expériences et émotions, vous aider à mieux les percevoir et les comprendre, et observer votre processus de création avec intérêt et empathie.


Afin de mettre en place cette relation particulière, il est nécéssaire que l’art-thérapeute ait réalisé une formation certifiante en art-thérapie. Il·Elle doit également adhérer au code de déontologie des art-thérapeutes, qui garantit le respect du cadre thérapeutique.



2. LE BUT PRINCIPAL


a. Le but principal dans un atelier d’art est l’apprentissage d’une technique artistique. L’objectif est souvent de réaliser quelque chose de spécifique, par exemple répliquer une oeuvre, ou bien expérimenter un outil particulier, une manière de faire enseignée. L’enseignant·e poursuit des objectifs artistiques déterminés à l’avance lors de la préparation du cours.


b. Le but principal en art-thérapie est d’exprimer ou de communiquer quelque chose de soi à travers la création artistique ou l’expression corporelle. Cela peut-être par exemple la mise en image d’une problématique, l’expression d’une difficulté, d’une émotion, ou encore la représentation d’un schéma mental. Cette expression peut être soutenue par une verbalisation ou bien se suffire à elle-même. L’art thérapeute poursuit des objectifs thérapeutiques, évolutifs et déterminés avec le·la patient·e/client·e.

3. LE LIEU


a. L’atelier d’art peut se dérouler dans un espace ouvert, qui ne requiert pas de confidentialité particulière. Les séances peuvent avoir lieu dans une école, un atelier, ou bien un centre social, comme une MJC par exemple.


b. Les séances d’art-thérapie se déroulent dans un espace thérapeutique clos et confidentiel. Ceci est primordial, que ce soit dans un cadre de thérapie de groupe ou en individuel. Les personnes accueillies dans la salle doivent se sentir en sécurité afin de pouvoir s’exprimer librement et tranquillement. Les séances peuvent avoir lieu dans un cabinet libéral, ou bien au sein d’une structure institutionnelle.

4. LE FOCUS


a. Dans un atelier d’art, l’attention est portée sur le produit fini, c’est à dire la version achevée de l’oeuvre d’art ou de l’objet créé. C’est une vision statique, qui se concentre sur les propriétés techniques, esthétiques, visuelles ou intellectuelles de l’oeuvre terminée. L’enseignant·e veille à prodiguer des conseils et techniques pour soutenir la qualité de l’oeuvre.


b. En art-thérapie, l’attention est portée sur le processus créatif, c’est à dire tout ce qui se passe avant, pendant et après la création. C’est une vision dynamique qui intègre les différents champs de la personne : corporel, émotionnel et intellectuel. L’art-thérapeute veille à soutenir, repérer les blocages, favoriser la compréhension et l’évolution de la personne.


5. POUR RESUMER


Dans un atelier d’art c’est la personne qui est au service de l’oeuvre, tandis qu’en art-thérapie, l’oeuvre est au service de la personne.


L’essentiel à retenir est que l’art-thérapie est une forme de thérapie, alors qu’un atelier d’art n’en est pas une. Cela ne veut pas dire qu’un atelier d’art ne peut pas être utile au développement de soi, ou même avoir des effets thérapeutiques.


L’art-thérapeute et l’enseignant·e d’art ne poursuivent pas les mêmes objectifs et mettent donc en place un cadre et une relation différent·e·s.

C’est un petit peu la même chose si l’on compare une bonne discussion entre amis, qui peut avoir des effets de soulagement, d’encouragement, de compréhension ; avec une conversation chez un·e psychologue, qui pourra apporter son expertise professionnelle, la garantie du non-jugement et un regard plus distancé sur la situation.


VOICI QUELQUES BÉNÉFICES POTENTIELS À SUIVRE UN COURS D’ART


1. Apprendre de nouvelles techniques et construire un sentiment de compétence et de maitrise. Ceci peut augmenter l’estime de soi.


2. Rencontrer de nouvelles personnes et développer des relations avec les autres étudiant·e·s du cours.


3. Ressentir du plaisir à créer et à être entouré·e de personnes poursuivant le même but. Se laisser inspirer et être une source d’inspiration pour les autres.


4. Prendre part à une exposition en fin d’année et monter ses créations à un public.

VOICI QUELQUES BÉNÉFICES POTENTIELS À ENTAMER UNE ART-THÉRAPIE :


1. Avoir un espace sécurisant pour exprimer ce que l’on a sur le coeur.


2. Être encouragé·e à exprimer ses ressentis et émotions et utiliser la création comme un outil permettant de communiquer au delà de la parole. Reconnecter son corps avec son esprit et ses émotions.


3. Apprendre à mieux se connaître et travailler ses problématiques profondes. Travailler par exemple après un deuil, une dépression, un burn-out, une maladie, un accident, un traumatisme. Découvrir ses ressources, ses capacités d’adaptation, sa créativité !


4. Au fil des séances, s’appuyer sur ses créations pour voir ses progrès, son évolution et faire des liens. Prendre du plaisir à découvrir tout ce dont on est capable. Et le partager avec d’autres si on en a l’envie !



NB : Cet article à été inspiré du travail de l'art-thérapeute canadienne Rubi Garyfalakis, que vous pouvez lire (en anglais) ici : https://www.artastherapy.ca/art-as-therapy-blog/2017/3/14/whats-the-difference-between-art-therapy-and-an-art-class.


J'espère que cet article vous aura éclairé. N'hésitez-pas à me contacter si vous souhaitez échanger, apporter des précisions ou d'autres questionnements autour de ce thème.



50 vues

Margaux Sardin
Art-thérapeute clinicienne.

Intervenante en institution et en libéral.

Cabinet de santé Montchat

26 Cours du Docteur Long

69003 Lyon

07.56.95.59.95

SIRET : 83427178500018 / APE : 8690F

© Tous droits réservés

Une question ? Envie d'échanger ?

Me contacter :